Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 Nov

LECTURE DE ROSELYNE FRITEL "ÉCRITS SANS PAPIERS..."

Publié par Mireille Disdero  - Catégories :  #NOTES DE LECTURE, #PAROLES, #POETES, ECRIVAINS...

LE TEMPS BLEU

vendredi 9 novembre 2018
Mireille Disdero, à chacun son voyage

         Écrits sans papiers

         Le vent se lève. Les grandes pluies vont prendre le large et l'eau va sécher dans les coupelles, sous les pots d'argile. Alors j'écrirai. Dans ma tête d'abord. Le meilleur de ce que j'écrirai restera sans papiers, comme les hommes qui cherchent un seuil sans le trouver.

         Dans l'errance.

         Ensuite, je cueillerai les images, les mots, les silences, comme on récupère l'eau de pluie, avec l'attention de la soif toujours possible. Mais mon témoignage de vie restera sans papiers. 
         L'important n'est pas écrit. 

         Le vent se lève. Un livre sur la table du jardin. Ses pages s'agitent doucement. 

         in Écrits sans papiers, Pour la route, entre Marrakech et Marseille, éditions la Boucherie littéraire, collection Sur le billot, 2016, p.7

La plume voyageuse de Mireille Disdero court entre les pages de ce livre entre Marrakech, Marseille et la Provence.  Avec le vent qui se lève, vivons avec elle quelques étapes de cette errance. 

         Cachées dans la lumière

          Assis en tailleur, à l'ombre, des vieux jouent aux dominos sur la place qui touche le port. 
          Et tout en haut, sur un muret couvert de signes, comme de jeunes aigles, trois gars chassent de la pointe du regard. 
          Fronçant les yeux jusqu'à la ride, ils scrutent les terrasses, les toits et les jardins. Ils aimeraient surprendre les filles cachées dans la lumière comme des bijoux de verre poli par la blancheur aveuglante de midi.

          Les vieux assis en tailleur se souviennent des vagues de chaleur qui lèchent la peau, là-haut, sur le muret couvert de mégots, à Tanger.

          ibid, Vers le détroit de Gibraltar (Tanger-Maroc) p.10

 

          Battement

          Ça vient en début de nuit, quand le vent cesse, quand on est planté dans le refus de dormir.

          Le marteau du silence...dans les oreilles. On écoute battre son cœur, et, comme quand on était petite, on bouche ses oreilles avec ses mains, pour faire le silence du monde, pour s'apaiser. 

          Mais le bruit du sang, le bruit de la vie qui bat est là, on ne peut l'arrêter. Il faut dormir avec, avec ce bruit de la vie en soi... comme un torrent.

          ibid Première nuit de l'autre coté de la mer (Andalousie-Espagne) p.12 
    
         

          À la poussière

          L'homme attend sur un banc. Seul, plié en deux, songeur, peut-être malheureux. Il est en noir et blanc. Mais derrière lui, comme sur un écran géant, un mur exulte ses couleurs chaudes qui hurlent. Le ciel d'un jour de mistral en rajoute. Alors, dans la ville, les contrastes s'affrontent, se cognent… tuent aussi, sûrement. 

          Son sac de route coincé entre ses jambes, contre le banc, cet homme est d'ici car il vient d'ailleurs. Et ses chaussures, mangées par les chemins, racontent son voyage de poussière en poussière.

          ibid Gare Saint-Charles (Marseille-France) p.45

 

          Un jardin

          Une bastide avec des chats sauvages
          la table blanche
          un parasol crème et des visiteurs 
          qui, le dimanche, demandent leur chemin.

          Autour de la maison 
          oliviers, abricotiers, mûriers 
          du linge qui sèche sous un laurier 
          quelques graviers du temps de la mémé 
          des pots d'argile et d'autres, 
          renversés dans la couleur. 

          Contre le grillage, coté levant 
          une pierre de voyage 
          posée comme une valise 
          avec des histoires dedans 
          sa terre rouge mariée à l'herbe coupée 
          qui sèche sur le pré 
          que la brise emporte déjà 
          que le vent emmène en voyage…

          Un jardin.

          ibid  La Barben (Provence - France), p.34

L'important n'est pas toujours écrit, à chacun de lire entre les lignes. Plus tard, il suffira de rouvrir ce recueil et de fermer les yeux pour que remontent des images.
S'y glissera pour ma part la haute silhouette blanche du cargo de ligne reliant Sète à Tanger et vice–versa. Lesté de tous mes rêves, il piquera toujours vers le large, dans la lumière bleue d'un soir d'été. 
(voir photo jointe de Roselyne Fritel)

Bibliographie:
Écrits sans papiers, Pour la route entre Marrakech et Marseille, éditions la Boucherie littéraire, 2016.
sur internet:
https://www.dailleurspoesie.com/mireille-disdero.html

Commenter cet article

Archives

À propos

Roman, poésie, littérature jeunesse, le blog de Mireille Disdero, auteur.